mercredi 4 novembre 2020

mercredi 4 novembre 2020

"Les yeux d'un animal ont le pouvoir de parler un langage extraordinaire."

Martin Buber

Voilà un peu plus de deux mois aujourd'hui que Lady nous a quittés.


J'ai encore l'impression que c'était hier et de sentir son souffle s'arrêter entre nos bras. Même si je ne veux garder que le meilleur de ses 10 années passées avec, il est difficile de faire totalement abstraction de cette perte si soudaine et si violente d'une certaine manière.


Deux mois après, il ne se passe pas une journée sans que nous parlions d'elle, à commencer par les filles.


Maura m'emmène dans notre chambre pour me montrer les photos d'elle. Elle joue encore avec ses jouets et prononce son nom très souvent. Elle continue de courir de pièce en pièce en l'appelant et en la cherchant et finit par réaliser... Quand nous rentrions à la maison, nous avions tous l'habitude de dire "Coucou Loulou". Maura a longtemps gardé cette habitude après sa disparation mais aujourd'hui elle ne revient que très rarement. Le temps fait son œuvre et les habitudes changent.


Charlie, quant à elle, continue d'en parler tous les jours sans exception mais son discours évolue. Elle dit maintenant "ma Lady qui est mort". Autant vous dire que c'est, pour moi, un crève-cœur à chaque fois et que je ne réussis pas toujours à contenir mes larmes. On comprend qu'elle a intégré le côté irréversible de la situation même si cela reste abstrait pour elle. Elle nous raconte souvent la fois où elle a vu son père pleurer quand Lady est partie. Elle lui fait des dessins. Elle mange certaines choses en pensant à elle. Elle joue "pour" elle. Et elle n'hésite jamais à dire quand elle lui manque ou quand elle est triste, en précisant qu'elle "n'a pas de l'eau dans les yeux"!


Monsieur est plus pudique sur ce qu'il ressent mais il suffit de le regarder pour savoir que le manque est immense et la peine bien présente. Les larmes montent encore régulièrement et parler d'un autre chien est inenvisageable.


Et moi, je continue de pleurer chaque jour. Je rêve de râler la nuit car je n'ai pas assez de couette ou parce qu'elle ronfle trop fort. J'ai envie de partager mes clémentines ou de la gronder car elle n'arrête pas de me lécher. J'aimerais qu'elle puisse ramasser les cochonneries des filles après les repas ! Et je donnerais tout pour la sentir contre moi, mettre mon nez dans son cou avec son odeur si rassurante et la câliner des heures entières.


2 mois après, elle n’est plus là physiquement mais plus que jamais dans nos cœurs.


Et pour être honnête, je commence à réfléchir à l’idée d’adopter à nouveau mais je sais qu’aucun chien ne la remplacera jamais et que quoi qu’il arrive elle est et restera la chienne de ma vie, mon premier bébé et celle qui m’a aidée à tant d’égards.




0 commentaires:

Publier un commentaire