lundi 19 décembre 2016

 
" Ne regarde pas derrière toi en te demandant pourquoi.
Regarde en avant et dis-toi : pourquoi pas ? "
Proverbe
 

13 septembre 2016

A l'heure où je rédige ces quelques mots, nous sommes le 13 septembre et il est 6h29. Je suis bien avancée dans mon deuxième mois de grossesse et je continue d'en expérimenter les joies... Je mesure ma chance folle de ne pas connaître les nausées, l'énorme fatigue ou les hormones qui font le grand 8. En revanche, je ne connais que trop les rêves bizarres, débiles et ridicules qui frisent le cauchemar chaque nuit et plusieurs fois même. Ils font la paire avec les insomnies et l'acné qui me fait ressembler à une adolescente pré-pubère ! Malgré cela, tout va bien. Je vais bien et petit à petit l'oiseau fait son nid comme on dit. Alors que bébé semble s'installer confortablement au creux de moi, l'idée de sa présence et l'acceptation de mon état a fait son chemin. Ma tête semble enfin suivre et toute ma personne est désormais enceinte.
 
C'est assez dingue de dire cela, j'en conviens. Toutefois quand en 6 mois on vous annonce de but en blanc que :
1. Vous êtes stérile et que vous n'aurez jamais d'enfant biologique.
2. Finalement ce n'est peut-être pas tout à fait ça mais ça se présente mal quand même.
3. Ce n'est vraiment pas terrible mais on peut tenter des choses dans l'urgence et voir c'que ça donne.
4. Vous démarrez un traitement lourd, douloureux et compliqué mais que rien ne fonctionne. Il n'y a aucune réaction malgré les doses de cheval et il est quasi impossible d'augmenter.
5. Juste avant d'abandonner pour ce cycle fou, finalement ça a marché. Il y a bien eu une légère ovulation à J27 mais malheureusement elle a eu lieu entre l'écho du samedi et celle du lundi, il est donc trop tard pour l'IAC prévue. C'est ballot !
6. En même temps ce n'est pas grave car de toute façon il n'y avait qu'un seul, unique et minuscule follicule à 13 donc rien de valable.
7. 15 jours après, vous êtes enceinte ! On comprend pas car médicalement c'était impossible !
Ben croyez bien que ça fait beaucoup de choses extrêmes à encaisser en peu de temps pour une si petite personne. Beaucoup trop de choses et qu'il m'a fallu pas mal de temps pour que la raison prenne le dessus sur les angoisses. Aujourd'hui je suis toujours morte de trouille mais heureuse et je compte bien tout faire pour préserver ce petit être qui grandi au fond de moi.
 
Le déclencheur a eu lieu en deux étapes.
D'abord un des rares proches au courant de cette grossesse m'a fait réaliser que le mental jouait beaucoup, qu'il fallait que j'arrête mes conneries, de me mettre la rate au court bouillon comme dirait ma grand-mère et surtout que je me détente car je pouvais finalement être mon pire ennemi dans cette aventure...
L'écho du 6 septembre à quant à elle fait son petit effet car nous avons entendu pour la première fois son cœur battre. Le mien a failli s'arrêter. J'ai interdit à Monsieur de pleurer en hurlant quasiment sans quoi j'allais craquer bien que nous ayons tous les deux les yeux humides trempés. Nous nous sommes contenus faisant bien rire notre gynéco du même coup. Le fait est que bébé est là et que dès lors, nous formions un trio mais aussi un duo de choc lui et moi, prêt à tout pour y arriver.

 
Heureusement d'ailleurs car les joies ont directement commencé :
- une incompatibilité de rhésus avec Monsieur qui a failli nous faire perdre notre tortue le 20 août dernier en découvrant des pertes de sang. Heureusement une piqûre nous a permis d'éviter le drame mais nous oblige à être désormais plus surveillés que le lait sur le feu.
- trop de tension donc rendez-vous programmé en urgence chez le cardiologue pour je ne sais quel examen qui mesurera ma tension sur plusieurs heures, plusieurs jours.
- du diabète gestationnel qui n'a pas attendu le troisième trimestre pour montrer le bout de son nez et sans doute causé par mon autre traitement qui lui me sauve la vie depuis des mois déjà et sans qui je ne sors plus de chez moi...
Bref le combo parfait pour apaiser mes angoisses et me laisser envisager sereinement la suite de cette grossesse., il y a du boulot et des ajustements à opérer pour le bien-être de chacun mais j'y suis prête et incroyablement déterminée alors fonçons !


Maintenant, je pense aussi et beaucoup à toutes celles qui attendent désespérément ce genre de nouvelle. A celles qui se réjouiront et à celles qui n'y arriveront pas. Je ne me retiendrai pas de partager avec vous mon expérience quand le moment sera venu pour moi mais je comprendrai et respecterai chacune des réactions que vous pourrez avoir. La seule chose que j'aimerais, c'est vous transmettre un peu d'espoir. Vous prouvez que les miracles existent même dans les cas désespérés et surtout que ça n'arrivent pas qu'aux autres. C'est facile à dire quand ça vous arrive et que les tests négatifs s'enchainent chez les autres, je vous l'accorde mais je suis partie de loin. C'était impossible et aujourd'hui je suis enceinte. Alors je ne sais pas si j'irai au bout de cette grossesse, si tout ira bien pour tout le monde mais je suis enceinte et je vous le souhaite aussi de tout mon cœur. Ne perdez pas espoir, ne baissez pas les bras et dites-vous bien que malgré les difficultés, votre tour viendra, peut-être quad vous vous y attendrez le moins mais ça arrivera !


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire