jeudi 15 décembre 2016


" Un jour on l'appelle maman.
Elle le reste toute la vie. "
Proverbe chinois

Je me suis enfin décidée à vous raconter ce début de grossesse un peu particulier et chaotique. Pour cela j'ai choisi de partager avec vous un billet brut et décousu que j'ai écrit le 9 août dernier alors que je venais juste d'apprendre la nouvelle...       
 
Je sais que mes mots vont surement m'attirer les foudres de certains et certaines qui se battent pour réaliser eux aussi leurs rêves de devenir parents et par avance je m'excuse auprès de ceux que je pourrais offenser. Ce n'est en aucun cas mon intention. Comme d'habitude, je ne fais pas de politiquement correct, je ne vous vends pas un rêve qui n'est pas le mien mais je vous raconte mon histoire et ma vérité aussi tristes, honteuses ou ridicules soient-elles...
 
 
 
9 août 2016
 
J'ai souvent imaginé et vécu par la pensée ma future grossesse. Il faut dire que j'en rêve depuis des années.
 
Plus jeune, lorsque j'étais carriériste, je me voyais mener de front, non sans difficulté mais avec passion, ma vie de famille et ma vie professionnelle. Je me rêvais enceinte, épanouie et au travail jusqu'au dernier moment, à exhiber fièrement mon ventre rond que je n'aurais de cesse de caresser à longueur de journée tout en accomplissant mes tâches.
Plus tard, une fois qu'ils seraient là, je me voyais aménager du temps pour le passer avec mes enfants, ensemble et chacun à leur tour, il me semble que c'est important. Je n'ai jamais voulu d'enfant unique, au moins deux aurait été parfait et trois l'idéal. Profiter d'eux, participer à leur développement, assister à leurs activités sportives et musicales et simplement être présente avec Monsieur, à leurs côtés, pour les admirer évoluer, grandir et les pousser à se dépasser et à devenir de belles personnes épanouies. Nous sommes bien loin de ce schéma là, la vie et moi en ayant décidé autrement mais qu'importe.
 
Aujourd'hui la réalité est toute autre. Je suis enceinte d'à peine quelques semaines et je n'arrive toujours pas à y croire. C'est trop beau pour être vrai. Et puis ça ne peut pas bien se passer. Forcément tout ça va s'arrêter car après tout je suis stérile...
J'ai démarré la PMA avec la ferme intention de tout essayer pour ne rien regretter mais je réalise maintenant que c'était un moyen pour moi d'accepter la fatalité et ma stérilité mais non sans me battre. Je n'y ai jamais vraiment cru ou plutôt ai-je refusé d'espérer...
 
Or là, seulement un tout petit et minuscule mois de traitement après, je suis enceinte. C'est dingue. Fou. Improbable. Surréaliste. Une erreur ? Un faux positif ? Le teste marque bien enceinte. La première prise de sang l'a confirmé et je suis même dans la moyenne haute des taux ce qui semble un bon présage pour la suite. Demain une autre prise de sang va plus nous éclairer, et 48H après une nouvelle pour confirmer avant mon premier rendez-vous de grossesse chez ma gynécologue dans une toute petite semaine.
 

J'aimerais me réjouir, sauter au plafond ou juste être heureuse de ce miracle mais clairement je n'y arrive pas. C'est impossible. Je suis complètement dépassée, stressée, angoissée, déprimée, défaitiste, pessimiste et terrorisée. C'est triste. C'est dommage. C'est nul. Je m'en veux d'être comme ça et pourtant rien n'y fait.
 
Je me force à sourire à Monsieur, je ne voudrais pas qu'il se méprenne sur mes sentiments. Je suis ravie d'être enceinte si tant est que cela soit bien le cas... Je veux ce bébé plus que tout. Je croise les doigts et espère du plus profond de moi que tout se passera bien et que cette grossesse ira à son terme pour nous donner un merveilleux et magnifique bébé. Mais là, je ne m'autorise pas à rêver. J'imagine le pire au risque de devoir l'affronter. J'appréhende.
 
J'espère aujourd'hui que les prochains résultats et le rendez-vous avec mon médecin réussiront à me rassurer. J'espère arriver à vivre sereinement cette grossesse même si les débuts sont plus ou moins chaotiques... Nous sommes si loin du petit nuage sur lequel je rêvais de me trouver... mais je ne désespère pas d'y arriver.

 
 

2 commentaires:

  1. Mon échographiste me disait la dernière fois une phrase plutôt juste "Chaque petite victoire est à célébrer grandement" - mon cas est similaire au tien, et de lire un article pareil me donne envie de m'accrocher et d'y croire encore et toujours. Je peux comprendre le côté un peu "j'y crois pas" de cette nouvelle, et de s'imaginer le pire surtout après tous les rendez-vous et les médecins croisés sur la route. Maintenant je pense que tu as eu le temps de digérer la nouvelle et surtout d'y croire en voyant ton ventre s'arrondir ;-)
    Hâte de lire la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois aussi qu'il a raison mais qu'il faut prendre chaque chose pour argent comptant même si c'est plus facile à dire qu'à faire par moment.
      Je te souhaite le meilleur pour la suite et une tonne de bonheur.
      Bises
      LM

      Supprimer