mercredi 12 octobre 2016


" Je ne te dis pas que ce sera facile,
je te dis que ça en vaudra la peine. "
Proverbe
 
 
Je sais que j'avais prévu de vous parler de choses beaucoup plus joyeuses et légères aujourd'hui mais j'ai le cœur lourd, le moral dans les chaussettes et besoin d'évacuer le trop plein d'émotions emmagasinées depuis la veille.
 
Hier j'avais rendez-vous dans le cadre de mon suivi gynécologique avec la médecin que j'ai choisie et qui me suit depuis le mois de juin dernier. Une femme dont je vous ai déjà parlé ici, majoritairement sur la réserve, mesurée mais un excellent docteur pour moi, juste, factuelle et humaine, sans chichi. Mais hier nous ne nous sommes pas comprises et je suis sortie énervée, blessée et déconfite de son cabinet.
 
Hier était sans doute un mauvais jour pour tout le monde. Elle avait pas mal de retard en fin de journée alors qu'elle est habituellement aussi à l'heure que possible. Elle ne souffle pas beaucoup et enchaîne les rendez-vous à une vitesse folle tout en prenant pourtant le temps avec chacun de ses patients. Elle est, je pense, victime de son succès et je le comprends aisément.
 
Hier, je venais en rendez-vous avec Monsieur et mes derniers examens que je savais bons. Je suis pourtant arrivée avec beaucoup d'appréhension, beaucoup d'attente et aussi beaucoup d'espoir pour la suite. L'espoir de souffler un peu, d'être rassurée et de pouvoir envisager l'avenir plus sereinement. Je ne m'attendais pas à ce que nous fassions une ronde en dansant ou que nous sabrions le champagne pour quelques résultats positifs mais j'espérais quelque chose de simple mais lourd de significations pour moi comme "Bon ben tout va bien. On est sorti de la zone rouge. On va continuer les traitements et le suivi régulier puis on va y arriver !" Je pense franchement et honnêtement ne pas avoir été déraisonnable ou souhaité la lune sans raison...
 
Finalement, je n'ai eu aucun "encouragement", aucune remarque positive et même si je sais par habitude que lorsqu'elle ne dit rien c'est que tout va bien, hier j'avais besoin d'un peu plus. Pire, je ne pose pas souvent de question sur ce que nous faisons, le pourquoi, le comment... Je suis plutôt un bon petit soldat discipliné qui s'exécute et obéit aveuglément. Je l'ai choisie et je lui fais confiance ainsi qu'à son expérience et ses compétences. Je me contente de ce qu'elle me dit et le prend pour argent comptant sans chercher plus loin des choses qui risqueraient de m'inquiéter davantage et que je n'aurais pas besoin de savoir. Mais hier, ma frustration et mon besoin maladif d'être rassurée m'ont conduite à chercher des informations pour la suite et ses réponses n'ont fait que me rappeler que je marchais sur des œufs, l'omniprésence des risques et des complications et que rien n'est gagné...
 
Tout cela pour vous dire et vous rappeler que les hauts et les bas sont monnaie courante dans les parcours de PMA et autres suivis médicaux. Que certains jours, les choses sont plus faciles que d'autres. Hier mes attentes étaient trop importantes, mon enthousiasme face aux résultats démesuré et mon médecin maladroite... Mais je la connais et c'était aussi à moi de faire la part des choses, de me concentrer sur les non-dits qui signifiaient que tout va bien plutôt que d'aller chercher la petite bête en creusant pour des bêtises. Je ne suis pas totalement "remise" de cet épisode mais je me dis que tout va bien à l'instant T, que j'ai les cartes en main pour faire que tout aille le mieux possible par la suite et qu'il me reste à croiser les doigts, faire appel à ma bonne fée pour qu'elle me donne un petit coup de main...
 
mariefrance.fr
 
Tout n'est pas toujours rose mais il ne faut pas se laisser abattre.
Il faut aussi accepter les coups de moins bien pour avancer, ils sont inévitables.
Mais ils ne doivent jamais prendre le dessus.
Et pour cela il ne faut jamais perdre de vue l'objectif qui vaut la peine de tout supporter :
serrer notre bébé dans nos bras.
 
Je vous embrasse
et je vous souhaite bon courage dans vos parcours.
 
 

8 commentaires:

  1. Je pense que ce qu'il faut surtout retenir c'est que tout va bien. Et c'est la ta plus grande victoire, que tu avances doucement mais sûrement, et que le résultat n'en sera que meilleur, j'en suis convaincue. Nos parcours sont longs, douloureux, semés d'embûches mais chaque petite victoire doit être fêtée comme une grande, non? Je t'envoie plein d'ondes positives et plein de courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Sarah,
      Tu as raison évidemment mais justement j'aurais aimé l'entendre de sa bouche qui est pour moi parole d'évangile et plus fort que quelques clichés ou chiffres sur du papier... J'aurais aimé qu'elle m donne les clefs pour fêter cette étape comme une grande victoire mais sa prudence et sa mesure me font douter alors que finalement nous avançons à plus grands pas que jamais.
      Merci pour ton petit mot qui me rebooste je sais que tu as raison et je ne devrais pas attendre des autres des choses que je devrais être capable de faire moi-même. :)

      Supprimer
  2. Oh oui je sais ce que c'est, on pense que chaque médecin que l'on croise sur notre route est un peu notre sauveur, la clé de la réussite. D'un côté c'est pas faux et je comprends à 500% ton ressenti face à la situation. Cependant quand je cherche du réconfort, des mots d'encouragement, même si je préfèrerai que ce soit le médecin qui partage cela, je trouve plutôt ce que je cherche dans les paroles des filles qui sont dans la même situation que moi. Pas ma famille, encore moins mes amis, mais vraiment des inconnues pour qui, la situation est quasi la même. Alors hésite pas si tu veux papoter :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup c'est adorable !!!!Et je n'hésiterai pas !
      Je t'embrasse et à très bientôt.

      Supprimer
  3. je pense aussi que pour eux, des femmes comme nous, c'est leur quotidien et que du coup, le côté "humain" est totalement évacué... ce qui est dommage, car c'est tout de même la base, l'humain!

    après, c'est comme tu dis: y'a des jours où tu t'en fiches comme de ta dernière chaussette et d'autres où t'as besoin qu'on te réconforte. Et ces jours là, tournes toi vers les gens que tu aimes, car eux comprendront.

    et surtout, appuies toi (fortement, largement, allègrement) sur les autres professionnels de la PMA qui t'entourent: le labo, les échos... eux ont généralement une écoute, un petit mot, un grand sourire, et ces petits riens deviennent vite de grands tout dans ta journée!

    tout ça pour te dire: tu es courageuse, tu es une guerrière, tu es blessée certes mais tu te relèves avec la gniac, tu en veux, tu ne baisseras pas les bras, parce que ce projet, c'est le tien, c'est le votre et que même si c'est putain de dur, il parait que cela vaut le coup!

    :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A mon sens c'est vraiment un concours de circonstances. Elle est tjs plus ou moins "avare" de commentaires mais rarement aussi "froide" ou "distante".
      Et tu as parfaitement raison quand tu dis que l'entourage compte beaucoup mais la parole du médecin a aussi une valeur et une importance forte, une assurance médicale qui compte bcp à certains moments et là c'était le cas pour moi or malgré toute la meilleure volonté du monde et tous mes proches ou moins proches ne peuvent se substituer à ce moment là, ils n'ont pas la même légitimité bien qu'ils comptent énormément aussi.
      Après je vous expliquerai plus en détails dans qq temps ce qui m'arrive en ce moment mais c'est vraiment très particulier.
      En tous les cas merci de tout cœur pour ton mot. C'est adorable.
      ;-)

      Supprimer
  4. Beaucoup de courage à vous dans ce parcours long et difficile où effectivement les médecins n'aident pas forcément ... Cela en vaut la peine et aboutira pour vous j'en suis sûre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup. Il y a des hauts et des bas mais effectivement ça en vaut la peine. Mais en parler et vider son sac ça permet aussi de s'alléger d'un poids parfois un peu lourd à porter.

      Supprimer