mercredi 27 juillet 2016

mercredi 27 juillet 2016

" Un amour sincère ne termine jamais.
Il connaît des virgules mais jamais de points. "
Inconnu
 
Aujourd'hui, j'ai entendu, face aux nouvelles atrocités, un proche me dire : "de toute façon maintenant nous n'aurons que ça alors nous devons nous habituer sinon nous ne ferons plus rien !"... Je suis restée interloquée mais muette face à cette phrase laissée là en suspens. Doit-on s'habituer ? Peut-on s'habituer ? ...


Il est clair que le monde ne tourne plus vraiment rond ces derniers mois en France. Mais a-t-il seulement, un jour, tourné complètement rond, ici ou ailleurs ?
Aujourd'hui tout ceci semble nous concerner et à juste titre puisque notre pays, nos villes, nos rues, nos lieux de cultes ou à défaut ceux de nos proches, famille et amis, sont touchés par la haine, la barbarie et la mort. Nous sommes tous touchés, directement. Pour autant, nous ne sommes pas les premiers et sûrement pas les derniers; tout ça n'a malheureusement rien d'une nouveauté. Faut-il citer la Shoah, Boko Haram, le Kenya, le Soudan... ?
 
Notre ennemi a aujourd'hui un visage et un nom. Il opère sur notre terrain, devant nos portes et nous menace quotidiennement. Il revendique coup par coup et sans mauvais jeu de mots tous les drames qui nous touchent de près ou de plus loin, chez nos voisins.
 
Je suis profondément touchée et meurtrie à chaque annonce signifiant que le sang a encore coulé... pour des motifs obscurs, barbares, infondés et cruels.
Je n'oublie pas le soulagement, bien que déplacé, que j'ai ressenti le 13 novembre lorsque j'ai réalisé que Monsieur était avec moi et non au Stade de France ou l'angoisse en me disant que mon frère fan de rock aurait pu être au Bataclan et encore moins l'inquiétude et mon impuissance face au petit frère de ma meilleure amie qui buvait un verre avec ses amis dans le 11ème le même soir.
J'ai rarement eu aussi peur que ce 14 juillet quand j'ai imaginé une de mes amies, sa famille, son mari et sa petite fille de 3 ans vivant à Nice qui avaient de bonnes chances de se trouver sur la promenade de leur ville qu'ils aiment tant pour une rendez-vous incontournable de l'année...
Je m'inquiète pour mes amis juifs, victimes de plus en plus de racisme quasi ordinaire...
Je me demande quel sera l'avenir de ma famille et de mes neveux et nièces de confession musulmane qu'on a tendance à montrer du doigt comme complices de ces horreurs...
Je défends aussi ardemment que possible et avec toute la conviction dont je dispose tous ceux, victimes innocentes, d'amalgames et de raccourcis faciles, rapides et injustes.
Je lutte contre ce contexte de conflit, de peur et de méfiance qui nous entoure de plus en plus.
 
Evidemment je me sens concernée et désorientée. Je suis en colère. Je déplore chaque nouvel attentat ou meurtre avec plus de ferveur. Dire que je n'ai pas peur serait un mensonge car je connais les risques et la menace qui pèse sur nous mais je refuse de m'habituer. Ni aujourd'hui, ni demain, ni jamais ! Je refuse de m'habituer à quoi que ce soit de ce genre ! Ni même de l'envisager !
 
Tout ceci doit rester pour moi des actes isolés. La seule chose que je veux bien admettre aujourd'hui, c'est que nous sommes en guerre ou que nous devrions l'être. Non pas contre quelqu'un mais pour quelque chose ! En guerre pour LA PAIX !
Nous devrions être en guerre pour défendre les hommes et le respect de l'autre quel que soit sa couleur, son origine, son sexe, sa religion, son orientation sexuelle, ses traditions, sa culture, sa façon de s'habiller ou que sais-je encore... Nous devrions prôner l'amour. Nous devrions défendre nos libertés, nos droits ainsi que cette merveilleuse capacité que nous avons naturellement à jouir de nos corps, de nos esprits et de nos vies comme bon nous semble...
 
Tout cela nous dépasse mais je crois qu'il en va de notre responsabilité de rester lucides et objectifs. De ne pas en rajouter et de ne surtout pas donner de grains à moudre à ces décérébrés aveuglés par la haine. Arrêtons de chercher des coupables qui n'en sont pas. Arrêtons de tout mélanger et battons-nous pour nos valeurs. Pour ce qui en vaut la peine et pour LA PAIX !
Nous disposons d'armes bien plus lourdes que tout ce qu'ils ne pourront jamais avoir : la connaissance, le savoir, l'expérience - le respect, l'intelligence, le soutient - l'amour, l'unité et la tolérance.
 
Alors non, je ne vais pas m'habituer
et je continuerai de défendre ce et ceux qui méritent de l'être
au travers de l'amour,
du respect de chacun et de ses choix,
et de la paix !
 
 

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire