vendredi 22 août 2014

 
"Quand j'étais en Afrique, j'ai tué un éléphant en pyjama.
Comment un éléphant a-t-il fait pour mettre un pyjama... Je ne saurais jamais !"
Marx Groucho
 
 
Depuis quelques années déjà, le sujet "tatouages" est sur la table dans mon entourage. Certains de mes proches réfléchissent ou ont même déjà succombé à cette folie ;-).
Cette discussion est souvent bien délicate avec moi car j'ai, sur le sujet, un avis bien tranché dont j'ai beaucoup de mal à démordre et j'avoue aller jusqu'à faire preuve de mauvaise fois quand on me pousse dans mes retranchement.
Bien que je reconnaisse vivement qu'il s'agisse d'un travail minutieux d'artistes, que certains sont de véritables œuvres d'art magnifiques et symboliques, ils sont beaux et intéressants chez les autres. Pour moi c'est surtout un marquage comme on affublait les bêtes ou les esclaves avant l'Apartheid ou encore les juifs pendant la Shoah.
Sortie de cette dimension historique, c'est un marquage inévitable pour les malades souffrant du cancer et nécessitant des rayons à un endroit bien précis....
Pour avoir vu et côtoyé ces deux types de tatouages, leur nature même me dérange et me met profondément mal à l'aise. Cette encre indélébile qui fait désormais partie de ce corps, à laquelle on ne peut échapper et qui nous rappelle chaque jour cet évènement... je n'y arrive pas. J'ai bien conscience de les réduire à une infime et ridicule partie de ce qu'ils sont en réalité, que certains tatouages sont tout ça mais sont une réelle volonté et un souhait de ne pas oublier mais ils me dérangent et j'ai beaucoup de mal à passer outre cette dimension négative, triste et qui me fait enrager.
 
Or, dès que les affiches de cette exposition ont commencé à affluer dans le métro, dans la rue ou dans les magazines, mon Monsieur m'a dit que nous irions voir cette exposition ! C'était le bon moyen d'aller essayer de comprendre et d'apprendre sur le sujet pour bousculer mes idées ! Sans compter que le commissariat  a été dirigé par Anne et Julien du magazine Hey !, amis de mon cher papa et donc, pour moi, gage de qualité de l'exposition.
 
 
Tatoueurs Tatoués, s'articule en plusieurs parties. Elle retrace l'histoire du tatouage jusqu'à la  la mondialisation actuelle du tatouage. Etape par étape, on évoque son histoire, sa signification, sa manière d'être réalisé et on avance avec lui à travers les continents, les époques et avec les tatoués.
 
 
C'est une exposition extrêmement bien construite et très bien ficelée. Parfaitement didactique, on évolue et apprend avec des textes concis, précis, explicatifs et très intéressants. On retrouve des outils, aussi bizarres que surprenants, des techniques et beaucoup de significations entre images chocs, histoire et symbolisme, en traversant les années, les lieux et les différentes populations ou ethnies.
 
 
 
 
On va de la marginalisation du tatouage, au marquage des parias exclus de la société à l'art et à la volonté de se démarquer, de revendiquer telle ou telle appartenance ou encore telle ou telle conviction ou de se rappeler qui nous sommes, ce que nous sommes et/ou ce qui compte pour nous en faisant du tatouage une partie à part entière et une extension de nous-même.
 
 
 
 
 
Qu'ils soient prisonniers, guerriers, samouraïs, bêtes de cirque, hommes fières de sa tribu, membre de gangs, passionnés ou simples amateurs, les tatoués et tatoueurs ont évolué et traversé les âges. On apprend leur longue et délicate histoire; parfois plébiscités, d'autres fois totalement rejetés voire interdits, les tatouages sont désormais communs et reconnus comme un art à part entière.
 

 



Les différents supports et l'organisation même de l'exposition nous aide à mieux comprendre et appréhender le sujet. Personnellement j'ai tout lu, tout regardé et j'ai été littéralement absorbée dans ce monde et cet univers. On ne le brosse pas dans le sens du poil, on omet aucune dimension même dérangeante, on est juste et on ne survend pas le sujet.
J'ai donc adoré cette exposition et je la conseilles à tous les curieux comme aux passionnés. Elle est aussi enrichissante qu'intéressante et montre parfaitement toutes les dimensions du tatouage et surtout la dimension esthétique et artistique qui m'a presque (ok un peu - beaucoup) fait changer d'avis !
 
Vous pouvez la retrouver jusqu'au 18 octobre 2015 dans la mezzanine ouest du musée du Quai Branly et retrouvez plus d'informations ici.
Exposition du 6/5/14 au 18/10/15
Mezzanine ouest
Musée du Quai Branly
37, quai Branly
75007 Paris
Tél. : 01 56 61 70 00

Ouvert : mardi, mercredi et dimanche de 11h à 19h et les jeudi, vendredi et samedi de 11h à 21h

Je vous conseille de prendre vos billets à l'avance ici ou ici, vous éviterez ainsi la queue et gagnerez du temps.
 

 

 
 
 Bonne visite et n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé.
 
 
 

2 commentaires:

  1. J'ai beaucoup aimé cette exposition que j'ai vu il y a quelques mois. L'univers du tatouage m'a toujours fasciné, je n'en ai pas et ne compte pas m'en faire dans le futur, mais j'adore le dessin. J'ai trouvé qu'il manquait juste à cette expo la partie plus moderne du tatouage, ce qui se fait aujourd'hui, sa démocratisation etc. Je suis restée sur ma faim ou alors peut-être que j'aurais juste aimé que ça dure un peu plus longtemps tant j'ai aimé ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends parfaitement ton ressenti. Il est vrai que j'ai appris tellement de choses que finalement ça ne m'a pas plus manqué que cela. Mais il est vrai que peut être il aurait fallu accorder plus de place à la dimension actuelle et artistique du tatouage. Ca reste une belle exposition réussie :)

      Supprimer